Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonjour à tous,

Aujourd'hui c'est sur le sculpteur britannique Henry Moore (1898-1986), que portera mon article.

 

Henry Moore

 

"La sculpture qui m'émeut le plus, est irriguée de vie et repose en elle-même, pleinement tridimensionnelle ... elle n'est pas parfaitement symétrique, elle est statique, forte et pleine de vie, dégageant quelque chose de l'énergie et du pouvoir de la haute montagne".  Henry Moore dans l'Architectural Association Journal en 1930.

 

Né à dans le Yorkshire en 1898, septième d'une fratrie de huit enfants, Henry Moore grandit dans une famille de travailleurs miniers. Ses parents incitèrent tous leurs enfants à faire des études pour ne pas les voir travailler à la mine. Le paysage minier de Castleford et des environs laissera une impression durable à Henry Moore. C'est à l'âge de onze ans qu'il décide de devenir sculpteur, après avoir entendu des récits relatant la vie de Michel-Ange.

En 1917, Henry Moore s'engage dans l'armée. Il est envoyé en France où il combattra puis devra être rapatrié, empoisonné par les gaz. Démobilisé en 1919 il intègre l'école d'art de Leeds pour y étudier le dessin et la sculpture.

 

Les premières oeuvres de Moore, toutes en taille directe, reflètent déjà l'intérêt de Moore pour les arts primitifs.

 

Woman with upraised arms, Henry Moore, 1924-25, pierre de Hopton Wood

 

Ici, dans les contours de cette femme aux bras levés, nous pouvons deviner la forme rectangulaire de la pierre. C'est une des caractéristiques de la sculpture égyptienne. Les visites régulières au British Museum, furent une grande source d'inspiration pour Henry Moore, son intérêt se portant essentiellement sur les arts égyptiens, africains, océaniens, chinois ou précolombiens.

Figure allongée (1929), souvent perçue comme une représentation de la terre-mère peut également évoquer un monument funéraire, vu sous le prisme de la tragédie de la première guerre mondiale qui a tant marqué l'artiste. L'influence de l'art précolombien, et plus précisément aztèque, est tout à fait perceptible dans cette oeuvre.

 

Figure allongée, Henry Moore, 1929, pierre brune de Hornton

 

Le choix du matériau des sculptures de Moore n'est pas anodin : les pierres anglaises indigènes, telle la pierre de Hornton étaient utilisées pour construire des bâtiments, et non pas des matériaux habituels pour la sculpture.  Henry Moore souhaite à cette époque " utiliser des pierres anglaises qui n'avaient encore jamais été utilisées en sculpture ". Cette fusion entre l'artiste et sa terre natale, cette région si bien décrite dans les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë, se retrouve dans certaines de ses figures. Tendant vers l'abstraction, les courbes de certaines sculptures de Moore, aux lignes ondulées, rappellent les landes battues par le vent et les vallées sinueuses du Yorkshire. 

 

Recumbent figure, Henry Moore, 1938, pierre de Hornton verte

 

Recumbent figure (figure allongée), première grande sculpture de Moore, fut précédée d'une petite maquette en argile. Cette pratique deviendra ensuite courante dans le travail de Moore.

 

Un des thèmes de prédilection de Henry Moore sera le thème de la famille, et notamment de la maternité.

 

Family group, Henry Moore, 1949

 

Le thème de la maternité si cher à l'artiste, bien avant la naissance de sa fille Mary en 1946, puisqu'il sera traité dès 1922, sera également abordé sous un angle religieux comme avec cette représentation de la Vierge tenant l'enfant Jésus dans ses bras :

 

Madonna and child, Henry Moore, 1943-44

Cette sculpture fut réalisée pour répondre à une commande passée par le vicaire de la paroisse St Matthews de Northampton pour fêter le cinquantième anniversaire de son église. Moore a d'abord fait des esquisses, puis des modelages en terre cuite. Cette sculpture est donc un modelage retranscrit dans la pierre, ce qui correspond à une pratique sculpturale conventionnelle. 

Dans les années quarante, l'oeuvre de Henry Moore va gagner en popularité avec la série de dessins intitulée Shelter drawings, représentant les stations du métro de Londres utilisées comme abris anti-aériens. 

 

Dessin de la série "Shelter drawings", Henry Moore, 1940-41

 

Le thème de la guerre reviendra notamment avec ce guerrier :

 

Warrior with shield, Henry Moore, 1953-54, bronze

 

 Ni debout ni couché, ce guerrier n'est pas vaincu. La douleur et l'effort s'expriment à travers le geste du guerrier, comme se protégeant à l'aide de son bouclier d'une menace invisible, et à travers la représentation d'un corps irrémédiablement mutilé. La fragmentation, les corps morcelés sont une composante de l'oeuvre de Moore. Tout exprime ici le traumatisme tant physique que psychique engendré par la guerre. 

 

Dans un tout autre registre, une oeuvre très connue de Moore, représente un couple, assis, regardant légèrement vers la gauche :

 

King and Queen, Henry moore, 1952-53

 

King and Queen, se démarque de la plupart des sculptures de Moore, bien qu'une des sources d'inspiration soit celle d'une sculpture antique égyptienne présente au British Museum, représentant un couple assis côte à côte. Moore a voulu exprimer l'idée de la royauté en tan que lien entre l'humain et le divin. On peut noter des éléments réalistes comme les pieds ou les mains, et le contraste du traitement des têtes dans un style primitif proche de l'abstraction. 

L'installation de cette oeuvre dans la vallée écossaise de Glenkiln, lui a donné une autre perception de son travail. Cela a encouragé Henry Moore a exposer davantage ses sculptures en extérieur.

 

King and Queen, Henry Moore, sur le domaine Kenswick, Glenkiln,en 1954

 

Henry Moore pouvait traiter un même sujet de façon totalement différente comme on peut le voir ci-dessous :

 

Three standing figures, Henry Moore, 1947-48, pierre de Darley Dale

 

Three standing figures, Henry Moore, 1953, bronze patiné

 

Ces approches si différentes sur un même sujet traduisent la grande liberté de ce sculpteur considéré déjà de son vivant comme un des plus grands artistes britanniques du XXème siècle.

 

Henry Moore a souvent introduit le drapé aussi bien dans ses sculptures que dans ses dessins. Il comparait le drapé à un bandage, précisant que " cela rapprochait ainsi ses figures du thème de la figure blessée ". On retrouvera tout au long de l'oeuvre de Moore l'impact traumatique de la guerre.

 

Draped reclining woman, Henry Moore, 1957-58

 

 

 

Henry Moore par Yusuf Karsh, 1973

 

 

 

Sources:

Moore, de Jeremy Lewison, aux éditios Taschen, 2007

Henry Moore : Une vision monumentale de John Hedgecoe, aux éditions Taschen, 2005

Henry-moore.org

Tate.org.uk

Britishmuseum.org

Tag(s) : #article

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :